Nos recherches

AluWatch souhaite metre en avant les perspectives environnementales de l’industrie de l’aluminium, en apportant des éléments d’analyse à travers des études rigoureuses et indépendantes.

22/10/2015 – Premier rapport – “Aluminium and GHG Emissions: Are all top producers playing the same game?” (Prof. Yves Jégourel & Prof. Philippe Chalmin)

Dans le contexte de la COP21, Cyclope a conduit pour AluWatch des recherches sur l’impact environnemental de l’aluminium, dont la production compte pour 1% des émissions de gaz à effet de serre.

La modernisation des smelters et des procédés industriels a permis de diminuer de manière significative l’intensité énergétique de l’aluminium, d’une moyenne de 17.000 kWh en 1980 à 14.298 kWh en 2014. De l’extraction au raffinage, la production d’une tonne d’aluminium émet désormais environ 16,5 tonnes de CO2 et équivalents. Mais une étude sérieuse doit prendre en compte le mix énergétique de chaque producteurs.

aluwatch-rapport-1-1

Les nouveaux entrants et leaders émergents (la Chine et les pays du Golfe) ont majoritairement recours à des énergies fossiles pour produire leur électricité, ce qui a précipité une explosion des émissions de gaz à effet de serre ces dernières années. Bien au delà des besoins intérieurs, la Chine produit 55% de l’aluminium mondial (jusqu’à 60% en 2015), contre 10% au début des années 2000. Les gains environnementaux précédemment soulignés doivent être remis en question dès lors que les acteurs ne suivent pas tous les mêmes règles.

Même si les acteurs européens et nord-américains ont recours à 80% à l’hydroélectricité, la Chine persiste à produire son aluminium à base de charbon (90%) depuis 15 ans. Dans l’intervalle, la production chinoise a explosé de 200 à 3 000 tonnes d’aluminium par mois. La consommation de charbon dans la production d’aluminium a été multipliée par 5 en 20 ans, de 80 000 GWh en 1995 à 400 000 GWh en 2014.

aluwatch-rapport-1-2

Les nouveaux leaders fondent leurs exportations massives sur le charbon, précipitant une chute vertigineuse des prix et des dommages environnementaux conséquents, chaque tonne marginale d’aluminium étant produite avec du charbon. Ces stratégies ne peuvent être considérées comme des mesures d’autosuffisance. D’après les conclusions d’Yves Jégourel et Philippe Chalmin, cette stratégie de prédation est à la fois irrationnelle sur le plan économique et quasi-criminelle sur le plan environnemental.

Téléchargez le premier rapport AluWatch : “Aluminium and GHG emissions: Are all top producers playing the same game?” [PDF]

Dans le cadre des négociations internationales de la COP21, cette première publication est en anglais. Une traduction française suivra prochainement.